Flash Info
Accueil > Réseaux sociaux > Facebook menace de priver l’Europe

Facebook menace de priver l’Europe

Un rapport belge juge que Facebook ne respecte pas les législations européennes concernant la protection de la vie privée. Facebook répond, et menace de priver l’Europe des mises à jour.

Tout a (re)commencé avec la publication d’un rapport mené par la commission belge de protection de la vie privée portant le comportement de Facebook envers la protection des données.

L’Europe enquête sur Facebook

Facebook a installer son siège Européen à Dublin il y a maintenant 5 ans, ce qui lui donne alors accès à toute l’Europe. A l’époque Facebook a mis en avant le respect des législations européennes en matière de respect des vies privées. Aujourd’hui, le réseau social est de nouveau passé au crible.

En effet, plusieurs pays européens ont procédé à l’ouverture d’enquêtes sur les pratiques de Facebook concernant la vie privée. La Belgique, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Espagne montent ainsi au front. Selon le premier rapport belge Facebook violerait le droit européen. Le rapport montre du doigt la limite des choix sur l’exploitation des données des utilisateurs.

Facebook riposte

Après avoir passé toute une batterie de test il y a cinq ans lors de l’installation en Irlande, Facebook ne souhaite pas répéter le processus. En effet, des tests s’appliquant aux législations européennes et irlandaises avaient déjà été établies il y cinq ans. Facebook refuse de réaliser de nouveaux de tests dans chaque pays. C’est en projetant son cas dans l’exemple d’un constructeur automobile que Facebook justifie son désaccord. En effet, il semblerait dérisoire de demander à chaque constructeur de satisfaire la réglementation de chacun des 28 pays européen pour pouvoir vendre ses véhicules dans toute l’Europe. Facebook met alors en avant l’individualité des pays européens concernant cette mise en cause. Le réseau social souhaiterait traiter avec une Europe plutôt qu’avec chacun des pays.

Facebook menace l’Europe

Le réseau social met avant le cout important d’une adaptation à la réglementation de chaque pays européen. Richard Allan (vice-président des politiques publiques pour la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique) annoce que cela remettrait en cause l’unité du service. Richard Allan affirme alors : « Notre but est d’offrir le même service à tous, […] Mais il faut savoir que développer un design différent pour une même fonctionnalité, cela a un coût. ». Richard Allan va encore plus loin en menaçant l’Europe : « Pour les entreprises d’Internet, l’autorité de régulation nationale poserait de sérieux obstacles. Les coûts de Facebook diminueraient et les utilisateurs en Europe remarqueraient que les nouvelles fonctionnalités arriveraient plus lentement, voire pas du tout ».

La CNIL affirme alors ne pas agir individuellement mettant en avant le rôle des CNIL Européennes.

A propos FlashLaura

Stagiaire de haute compétition (ou presque)

Les commentaires sont fermés

Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com